AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Elisa, une seconde chance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
cassidie34
Notre romancière Rivombrosienne
avatar

Nombre de messages : 248
Age : 32
Localisation : Ivry sur Seine (94)
Date d'inscription : 10/01/2009

MessageSujet: Elisa, une seconde chance   Mer 11 Fév - 0:07

Elisa retarda au maximum le moment d'aller se coucher. Elle alla voir pour la énième fois Agnes qui dormait paisiblement, heureuse d'être de nouveau dans son lit.

Elisa se sentait apaisée, sereine et confiante, et surtout amoureuse. Un sentiment qu'elle pensait ne plus jamais ressentir.

Assise sur le lit de sa fille, elle posa la poupée fabriquée par Christian près d'Agnes, caressant les cheveux de cette enfant.

Christian arriva doucement et s'appuya contre la porte, croisa les bras et les contemplèrent. Ces deux êtes étaient devenues sa famille. Il n'aurait jamais pensé éprouvé de l'amour et de la peur de les perdre.

Ici, à Rivombrosa, il se sentait pour la première fois de sa vie depuis le drame enfin apaisé.

Elisa se retourna et le vit. Aussitôt elle lui sourit. Il le lui rendit aussitôt. Elle le rejoignit en regardant une dernière fois sa fille avant de refermer la porte.

Ils restèrent un instant dans le couloir gênés.

-Vous devriez allez dormir un peu. Monsieur le Prince, je vous ai préparé une chambre au cas où..., dit Amélie qui rougit.

Elisa devint écarlate tandis que Christian masqua son gêne en souriant. Amélie partit, les deux amoureux éclatèrent de rire posant leur tête côte à côte.

-Chez toi ou chez moi alors?, demanda Christian.

Elisa était assise sur son lit, tandis que Christian se déshabillait. Il se retourna et vit le regard triste d'Elisa.

-C'est la première fois n'est-ce pas?

-Quoi?, demanda-t-elle retrouvant ses esprits.

-C'est la première fois que tu dors avec un autre homme que Fabrice dans cette chambre?

-Oh non!, dit-elle

Christian fronça les sourcils.

-Je veux dire si, c'est la première fois. Mais Fabrice et moi avions une autre chambre, je l'ai faîtes condamné après sa mort.

-Tu sais, je me sens bien à Rivombrosa. Dès que j'ai franchi les grilles, j'ai compris pourquoi tu t'es autant battu pour le garder. Ce domaine est magnifique, il respire le bonheur.

-Il représente beaucoup pour moi.

Elisa soupira un instant et repris.

-Aujourd'hui, je suis allée sur la tombe de Fabrice avec son épée. Je l'ai posé sur la stèle. C'est ma manière de lui faire comprendre que je me suis vengée, que j'ai sauvé le domaine, mais que surtout je n'aurai plus besoin de son épée car dorénavant je suis protégée, dit-elle en touchant la main de Christian.

-Je sais que tu es allée le voir. Quand je t'ai vu partir, j'ai demandé à Amélie où tu te rendais. Elle a semblé embarrassé de me le dire.

-Il ne faut pas en vouloir à Amélie. Elle a toujours été au service des Ristori, alors peut-être que voir un autre homme ici doit lui sembler étrange. Il lui faut toujours du temps pour s'adapter.

Christian se coucha et ouvrit la couverture de l'autre côté pour inviter Elisa à s'y glisser. Elle soupira de bonheur et s'allongea en posant sa tête sur l'épaule de Christian.

Le lendemain matin, la porte s'ouvrit en grand, réveillant d'un bond le couple. Agnes sauta dans le lit et se mit entre eux d'eux. Elle riait aux éclats.

-Agnes!, Agnes!, murmura Amélie dans les couloirs.

-Entre, Amélie, elle est ici!, dit Elisa qui regarda Christian qui remit la couverture jusqu'à ses épaules.

-Je suis désolée, dit la vieille dame confuse. Ma petite chérie, je t'ai dit de ne pas déranger ta maman.

-Ca ne fait rien Amélie!, dit Elisa qui chatouilla sa fille sur le ventre.

Amélie leur sourit et les laissa en refermant la porte.

Les femmes de chambres continuaient de nettoyer entièrement les pièces sur l'ordre de Bianca qui ne supportait pas que d'autres personnes que les Ristori puissent avoir vécu dans ces lieux.

Anna et Antoine prenaient leur petit déjeuner lorsque Christian arriva. Il salua Antoine et embrassa Anna sur la main. Cette dernière lui sourit.

-Comment s'est passé votre première nuit à Rivombrosa? J'espère que vous vous y plaisez?

-Oh oui, je n'aurai jamais cru qu'un tel endroit puisse exister. Je me sens très à l'aise. Je vous avoue que j'ai encore un peu de mal à me repérer. Il m'a fallu demander de l'aide pour trouver la salle à manger, dit-il en souriant, ce qui fit rire Antoine et Anna.

-Asseyez-vous donc!, dit Antoine.

-Merci!

-Elisa n'est pas avec vous?, demanda Anna

-Si, elle arrive. Elle était en train de se préparer quand je suis parti. Elle veut me faire visiter le domaine en entier pour que je retrouve mon chemin si je venais à m'égarer.

Elisa arriva. Elle prit un morceau de pain et le mangea.

-Bonjour vous deux! Christian et moi allons voir le domaine. Angelo m'a dit que beaucoup de famille avait quitté le domaine, je veux voir l'étendu des dégâts.

-Très bien. Je vais partir avec vous, j'ai quelques patients à aller voir, dit Antoine en se levant. Il embrassa Anna sur le front et suivit Elisa.

-Bonne journée, Madame, dit Christian à Anna en partant. Elle lui sourit.

Elisa monta sur Vaillant et le caressa. Angelo hésita, le seule cheval de disponible était Tempête, le cheval de Fabrice. Elle lui fit signe de la tête.

Le couple se sépara d'Antoine qui prit un autre chemin. Elisa fit le tour du domaine avec Christian qui contemplait la beauté de cet endroit.
Revenir en haut Aller en bas
cassidie34
Notre romancière Rivombrosienne
avatar

Nombre de messages : 248
Age : 32
Localisation : Ivry sur Seine (94)
Date d'inscription : 10/01/2009

MessageSujet: Re: Elisa, une seconde chance   Jeu 12 Fév - 23:08

Personne n'aime???

-Je voudrais m'arrêter au village. Je dois voir ma mère, dit Elisa.

-D'accord, je te suis!, dit Christian.

Elisa arrêta son cheval devant la maison de ses parents. La sœur d'Elisa en sortit. Elle embrassa immédiatement sa sœur.

Ursuline était devenue une femme. Elle refusait de se marier afin de ne pas quitter leur mère dont la santé déclinait de plus en plus.

-Ursuline, je voudrais te présenter Christian Caraciolo.

-Oui, je sais déjà. Tout le monde ne parle plus que de ça!, dit-elle en entrant.

Christian regarda Elisa étonné. Ainsi les deux sœurs avaient du caractère, il se mit à plaindre leur pauvre mère.

Leur mère était couchée dans son lit, elle toussait. Son visage s'illumina lorsqu'elle vit Elisa qui vint l'embrasser.

Christian resté en arrière comprit d'où venait la beauté d'Elisa.

-Mère, je voudrais vous présenter Christian. Je l'ai rencontré durant mon voyage à Naples.

-Tu as l'air heureuse, ma fille.

-Oui, je le suis, mère.

-Quand avez-vous l'intention de vous marier?, demanda aussitôt la femme fatiguée.

-Mère, nous n'avons pas encore...., dit Elisa en regardant Christian qui parut mal à l'aise.

-Ma fille, j'espère que tu n'as pas l'intention de me refaire vivre cette humiliation que tu m'as fait subir avec le Comte. Je n'y survivrai pas, tu le sais ça.

-Mère, c'est un peu tôt pour parler de ce genre de chose.

-Ma fille, je sais combien tu aimais Fabrice et combien il t'aimait. Mais je dois dire que j'ai toujours été réticente à votre union, j'avais cette intuition qui me disait que tu serais malheureuse. Cela s'est avéré vrai.

-Mère, je n'ai été malheureuse qu'à sa mort. Aujourd'hui, c'est différent.

-Je vois qu'il est toujours impossible de parler avec toi, soîtes, je t'aurai prévenu une fois de plus. Maintenant laisse-moi je suis fatiguée, je voudrais me reposer.

Elisa l'embrassa sur le front et retourna voir Ursuline et Christian.

-Elisa, tu sais comment est notre mère. N'y prêtes pas attention. Moi je suis contente que tu ai retrouvé quelqu'un.

-Merci, Ursuline!, dit-elle en embrassant sa soeur.

Au moment de remonter à cheval, Elisa s'écria.

-Au fait, tu as le bonjour d'Angelo!

Ursuline rougit immédiatement et rentra dans la maison, ce qui fit rire Elisa.

-Et si on rentrait?, dit Elisa en souriant à Christian.

-D'accord!

Elisa éperonna son cheval qui partit au galop. Christian fit de même. Ils traversèrent la campagne au galop.

Arrivé à un croisement, Christian se souvint qu'Angelo pour rechercher Elisa avait prit un autre chemin, un raccourci.

Lorsqu'Elisa se retourna, Christian n'était plus là. Mais elle continua cependant de plus belle. Elle constata à son arrivé que Christian était déjà là, assi sur la paille.

-Tu as triché!, dit-elle en allant le rejoindre.

-Non, j'ai suivi le chemin qu'Angelo m'a montré.

-Oui, alors tu as triché!, dit-elle en le poussant. Il la rattrapa et posa son bras autour de ses épaules. Elle avait les cheveux tout ébouriffés.

Angelo arriva et prit les chevaux.

-Comment va ta mère, Elisa?

-Je ne sais pas. Elle était couchée. Angelo, je ne crois pas qu'elle...

-Ne dis pas de sottises, ta mère est une battante. D'ailleurs tu tiens ça d'elle.

-Tu as le bonjour d'Ursuline!, changea de discussion Elisa.

-Oh, ça fait un moment que je ne l'ai pas vu, dit Angelo qui sourit.

-Tu sais, Angelo, je me disais qu'il serait peut-être temps que tu songes à te marier, et...

-Je t'arrête tout de suite. Tu tiens le même discours que Fabrice quand il a voulu que nous nous marions.

Christian regarda Angelo, puis Elisa très surpris.

-J'aime Céleste et c'est elle que j'épouserai un jour.

-J'espère que tu seras heureux, Angelo.

-Mais je le suis, Elisa!, dit-il en posant sa main sur son épaule puis il partit avec les chevaux.

-Tu devais te marier avec Angelo?, demanda Christian.

Elisa rit.

-Allez, raconte-moi, je veux tout savoir de toi, de ton enfance jusqu'à notre rencontre.

-Je meure de faim!, dit-elle pour changer de conversation.

-Elisa, tu ne t'en sortira pas comme ça!, dit Christian.

Mais Elisa était déjà partie.
Revenir en haut Aller en bas
cassidie34
Notre romancière Rivombrosienne
avatar

Nombre de messages : 248
Age : 32
Localisation : Ivry sur Seine (94)
Date d'inscription : 10/01/2009

MessageSujet: Re: Elisa, une seconde chance   Mar 17 Fév - 23:37

Le domaine semblait sortir de sa longue léthargie. Amélie interpella Elisa qui rangeait ses affaires dans la commode. Elle lui demanda de la rejoindre sur le balcon.

Lorsqu'Elisa s'approcha de la balustrade, elle sourit à la vue qui s'offrait à elle et regarda près de la fontaine.

Christian jouait avec un cerf-volant, et Agnès lui courait après avec des éclats de rire. Il attrapa Agnès et tourna sur lui-même avant de tomber sur le dos dans l'herbe verte. Les éclats de rire de la petite se firent entendre jusqu'à Elisa qui soupira sereinement.

Christian vit qu'Elisa les regardait, il se releva aussitôt. il s'accroupit près de la petite Comtesse et lui fit voir sa maman. Agnès et lui firent signe à la jeune femme qui leur répondit.

-Il a vraiment l'air heureux ici!, dit Amélie derrière Elisa.

-Oui!, dit simplement Elisa en rentrant de nouveau dans sa chambre.

-Que se passe-t-il ma petite?, demanda Amélie en la rejoignant.

Elles s'assirent sur le lit.

-J'ai tout simplement peur qu'un matin il ne se réveille en se demandant s'il n'a pas fait une erreur de me suivre ici, dans un endroit qu'il ne connait pas, au lieu de reprendre ce qui lui revient de droit.

-Tu veux parler du palais de Conegliano?

-Oui, depuis toujours il a cherché à se venger, et c'est moi qui l'en ai empêché. J'ai peur qu'il finisse par m'en vouloir.

Amélie caressa la joue d'Elisa.

-Tu t'inquiètes vraiment pour rien. Cet homme est fou de toi et de ta fille. Il faudrait une guerre pour que celui-ci vous quitte. Tu peux me croire!

Elisa était assise au bureau à se battre avec Angelo au sujet du domaine.

-Elisa, fais-moi confiance!, s'écria-t-il en prenant une chaise

-Je te fais confiance, Angelo. Mais je pense que nous devrions agrandir le domaine, de cette manière nous aurions une plus grande récolte l'année d'après.

-Elisa, je suis d'accord avec toi, mais Rivombrosa vient tout juste d'être sauvé. Nous ne sommes pas encore tiré d'affaire, seule cette récolte-là nous mettra à l'abri définitivement. C'est pourquoi je me permet de te dire qu'il faut mieux attendre la prochaine récolte pour le faire.

Angelo, les poings appuyés sur le bureau, souriait à Elisa, assise, qui le regardait droit dans les yeux en levant sa tête.

Christian et Antoine entrèrent au même moment. Ils se regardèrent, comprenant qu'il y avait un léger conflit.

-Nous vous dérangeons peut-être?, demanda Christian.

-Oh, non, pas du tout, Prince, c'est juste qu'Elisa est une vraie tête de mule!, s'écria Angelo.

-Oh, mais c'est pas vrai!, s'exclama Elisa surprise.

-Alors là je donne entièrement raison à Angelo!, dit Christian en posant sa main sur l'épaule du jeune homme.

-D'accord, je vois!, dit-elle boudeuse.

Antoine regarda les livres étalés sur la table.

-Encore des problèmes avec le domaine?, demanda-t-il inquiet.

-Non, j'aimerai faire agrandir le domaine agricole, mais Angelo me conseille d'attendre la prochaine récolte par prudence.

-Si Angelo te dis d'attendre, mieux vaut l'écouter, il a beaucoup d'expérience dans ce domaine, répondit tout simplement Antoine.

-Disons que l'on pourrait le faire, docteur, mais je veux être sûr que le domaine ne risque pas de replonger dans les dettes.

-Je croyais que Rivombrosa était désormais sauvé?, demanda Christian.

-Les diamants ont permis de rembourser entièrement la dette, oui, mais pas de nous mettre définitivement à l'abri. Nous devons être prudent, Prince.

-Je comprend!, dit Christian, alors qu'il ignorait totalement tout en matière de domaine.

-Très bien, nous attendrons l'année prochaine. Je te fais confiance, Angelo!, dit Elisa en soupirant.

-Mes félicitations, Angelo. Tu viens de faire flancher la Comtesse. Personnellement, c'est la première fois que je vois cela!, dit Christian qui cherchait un moyen d'attirer l'attention d'Elisa.

Celle-ci le regarda et lui lança un mouchoir qu'elle roula avant en boule. Il le rattrapa et lui montra bien serré dans sa main avant de le ranger dans sa poche.

Elle se leva et rangea les livres dans la bibliothèque. Puis alla voir Christian qui l'enlaça voyant qu'elle était préoccupée.

-Que se passe-t-il mon amour?, demanda-t-il

-Les récoltes auront lieu dans une semaine, et je suis très inquiète. L'avenir de Rivombrosa dépend de ces récoltes. Si elles sont juteuses alors nous ne craindrons plus rien.

-Je suis persuadé que les récoltes se passeront bien et que les finances seront à la hauteur de tes espérances.

-Tu n'y connais absolument rien en agriculture, n'est-ce pas?, demanda-t-elle en levant sa tête pour le regarder dans les yeux.

-Absolument rien!, dit-il en souriant. Mais je suis optimiste.

-Depuis quand?, demanda-t-elle en lui souriant.

-Depuis qu'une belle dame rencontré sur un bateau a fait chavirer mon coeur.

Cette nuit-là, il faisait tellement chaud que personne n'arrivait à dormir. Elisa se retourna et constata qu'il n'y avait personne auprès d'elle. Elle se redressa et vit une ombre sur le balcon.

Elle se leva et alla voir. Christian était là à contempler les étoiles.

-Je n'ai pas peur de regarder les étoiles, tu sais!, dit-elle en avançant derrière lui.

Christian se retourna et son regard s'assombrit. Elisa allait lui révéler quelque chose qu'il n'était pas certain de vouloir entendre. Son cœur se mit à battre de tristesse et de jalousie, reconnut-il. C'était un sentiment nouveau pour lui et ça lui faisait mal parfois.

-Elisa..., voulut-il l'interrompre.

-S'il te plait, c'est peut-être la seule fois où j'arriverai à en parler.

Elle s'avança jusqu'à la balustrade du balcon et y posa son dos se mettant ainsi face à Christian. Ces cheveux répandus sur ses épaules. Avec la lune derrière elle, Christian la trouvait particulièrement belle.

-La veille de cette affreuse journée, Fabrice m'avait offert mon cadeau de Noël. Quelque chose d'unique et de magnifique. A travers une longue-vue, j'y ai vu une étoile. Mon étoile. La plus brillante de toutes les étoiles que je n'avais jamais vu.

Puis elle se retourna et regarda enfin le ciel. Elle désigna de son doigt une étoile.

-Tu vois celle-là!, dit-elle. Christian se mit à sa hauteur et colla sa tête contre la sienne.

-Oui!

-Cette étoile porte mon prénom!, dit-elle avant de se retourner de nouveau les larmes aux yeux.

-Elisa!, murmura Christian

-Cette nuit-là a été la dernière fois où j'ai contemplé les étoiles jusqu'à …

-Ce soir!, murmura Christian qui prit conscience à cet instant précis de l'amour si intense qui unissait son Elisa à Fabrice.

Elisa s'en alla de nouveau dans l chambre.

-Je t'aime Elisa!, dit-il pour se rassurer. Il avait ce besoin de le lui dire maintenant. Elle s'arrêta un instant, mais ne se retourna pas afin de cacher ses larmes. Des larmes qui auraient fait du mal à Christian s'il les avait vu.

Quand elle revint dans la chambre après avoir été voir Agnes, Christian s'était couché. Il lui tournait le dos. Elle s'allongea derrière lui, posa une main sur son bras et le caressa. Sa tête était sur son épaule.

-Moi aussi je t'aime Christian!, murmura-t-elle.

Christian ouvrit alors les yeux et sourit. Il se retourna et l'embrassa fougueusement, posa ses doigts dans ses cheveux, renversant sa tête et posant ses lèvres sur son cou. Elisa s'abandonna totalement à cet homme.
Revenir en haut Aller en bas
Elisa Rivombrosa
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 7822
Age : 32
Localisation : Somme
Date d'inscription : 16/01/2008

MessageSujet: Re: Elisa, une seconde chance   Mer 18 Fév - 23:17

Pareil ma loute, je n'ai pas encore lu cette nouvelle histoire, qui j'en suis sûre, doit être digne de toi, une merveille.
Je m'y attèle dés que je le peux mon autrice préférée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
angelyne
Reportrice de Rivombrosa
avatar

Nombre de messages : 3916
Age : 62
Localisation : aulnay sous bois
Date d'inscription : 24/02/2008

MessageSujet: Re: Elisa, une seconde chance   Jeu 19 Fév - 2:03

merveilleu,c'est merveilleu.Bravo à notre romanciére.J'en avais des frissons en lisant.Tu as un talent fou et je suis fan
Revenir en haut Aller en bas
cassidie34
Notre romancière Rivombrosienne
avatar

Nombre de messages : 248
Age : 32
Localisation : Ivry sur Seine (94)
Date d'inscription : 10/01/2009

MessageSujet: Re: Elisa, une seconde chance   Jeu 19 Fév - 12:21

Bianca porta une lettre à Elisa.

-C'est de Martin!, s'écria Elisa assise sur un canapé dans la bibliothèque.

Anna s'assit à côté d'elle. Antoine se mit derrière les deux femmes. Bianca se frotta les mains d'impatience, tandis que Christian essaya tant bien que mal de cacher sa nervosité. Il redoutait sa rencontre avec le Comte Ristori, maître de ces lieux désormais.

-Il arrive le 24 de ce mois!, dit Elisa sans réfléchir.

-Mais Elisa, le 24, c'est aujourd'hui!, s'écria Anna.

Elisa se leva aussitôt.

-Oh mais oui, c'est aujourd'hui. Bianca, dis à tout le monde de tout préparer pour son arrivée!, dit Elisa sourit en posant cette lettre sur son cœur.

Anna posa sa tête contre celle de sa belle-sœur.

-Oh, Anna, il revient aujourd'hui. Je suis tellement contente, dit-elle en regardant Christian qui lui sourit timidement.

Martin embrassa les servantes une à une, et donna des accolades à ses serviteurs. Tous étaient si content de le revoir.

Lorsqu'Elisa dévala enfin les escaliers, elle s'arrêta net. Le voir porter cet uniforme militaire français lui rappela à quel point il ressemblait de plus en plus à Fabrice.

-Elisa!, dit-il en courant dans les escaliers.

Elle ouvrit grands ses bras et il s'y jeta presque, la faisant pratiquement perdre l'équilibre.

-Oh, Martin, mon chéri, je suis si contente de te revoir. Comme tu m'as manqué!, dit-elle fermant les yeux avant de ne pas pleurer de joie.

-Elisa, j'ai une surprise pour la Marquise Anna!, dit-il en donnant sa main à Elisa afin qu'elle descende les escaliers avec lui.

Il ouvrit la porte du carrosse au moment où Anna et Antoine descendaient à leur tour les escaliers.

-Emilie!, cria Anna qui courut serrer sa fille contre son coeur.

-Maman!, dit la jeune femme émue. Puis se fut au tour d'Antoine d'embrasser les deux jeunes gens.

-Venez, Bianca a préparer du thé. Allons au salon!, dit Anna qui prit à la fois Antoine et Emilie sous le bras.

Elisa posa sa main sur le bras de Martin.

-Racontes-moi tout, je veux tout savoir!, dit-elle comblée.

Lorsqu'ils entrèrent dans le salon, Christian s'y trouvait déjà avec Agnes. La petite fille courut dans les bras de Martin.

-Comme tu as grandi!, dit-il en la faisant tourner sur lui-même.

Il reposa Agnes et se mit face à Christian, de la même manière que Fabrice l'aurait fait remarqua Elisa.

-Soyez le bienvenue à Rivombrosa, Prince!, dit-il en lui tendant la main.

-Merci, Comte Ristori. C'est avec un immense plaisir que je fais enfin votre connaissance. J'ai si souvent entendu parler de vous!, dit Christian en prenant la main qu'il lui tendait.

Elisa posa sa main sur les leurs.

-J'ai si souvent attendu ce moment, que vous fassiez enfin connaissance!, dit-elle en souriant les regardant les yeux brillants un à un.
Revenir en haut Aller en bas
angelyne
Reportrice de Rivombrosa
avatar

Nombre de messages : 3916
Age : 62
Localisation : aulnay sous bois
Date d'inscription : 24/02/2008

MessageSujet: Re: Elisa, une seconde chance   Jeu 19 Fév - 19:40

ouah j'en suis toute retournée ;tu nous fais revées
Revenir en haut Aller en bas
Petit Scarabee
Nouveau
Nouveau
avatar

Nombre de messages : 8
Age : 49
Localisation : Lausanne/Suisse
Date d'inscription : 06/02/2009

MessageSujet: Re: Elisa, une seconde chance   Ven 20 Fév - 1:21

Je suis conquit part cette fic, j'attend avec impassiance la suite
Revenir en haut Aller en bas
cassidie34
Notre romancière Rivombrosienne
avatar

Nombre de messages : 248
Age : 32
Localisation : Ivry sur Seine (94)
Date d'inscription : 10/01/2009

MessageSujet: Re: Elisa, une seconde chance   Sam 21 Fév - 18:15

Le retour de Martin annonça aussi de bien mauvaise nouvelle de la France. C'est pourquoi le jeune officier avait préféré ramener Emilie auprès des siens.

-Je ne l'ai pas encore annoncé à Elisa. Mais il semblerait que la guerre en France ne devrait pas tarder à éclater.

Antoine posa son verre sur la table.

-Contre les nobles?, demanda-t-il inquiet.

-Oui, le peuple se soulève contre la monarchie. A la fin de l'année, je pense que la France sera en guerre hélas.

-Cela va inquiéter votre mère!, dit Christian en fronçant les sourcils.

-Oui, je sais qu'elle n'était pas d'accord pour que tu fasses ton service militaire en France. Elle a respecté ton choix parce que ton père était un officier de l'armée française.

-Je sais tout ça! Mais peut-être que les choses s'arrangeront, et peut-être même qu'il n'y aura pas de conflit avec l'Angleterre.

-Que dis-tu?, demanda Christian soudainement.

-L'Angleterre et la France sont en désaccord. D'après les rumeurs circulant en France, les Anglais rappelleraient tous leurs militaires au cas où la France passerait à l'offensive.

Antoine regarde Christian qui semblait vraiment inquiet.

-Pourquoi est-ce que l'avenir de l'Angleterre vous intéresse à ce point?, demanda Martin

-Je suis un officier de l'armée Anglaise, Comte. Si ce que vous dîtes est vrai, ils devraient me rappeler dans les semaines à venir.

-Nous en sommes encore loin, dit Martin afin de détendre un peu l'atmosphère.

Puis il se leva et alla au bureau de son père, il prit les livres de comptes et les étudia attentivement.

-Il n'y a hélas qu'Elisa et Angelo qui y comprennent quelque chose!, dit-il en souriant.

Emilie et Elisa se promenaient dans le parc.

-Je suis très contente pour toi Elisa. Christian, enfin le Prince, m'a l'air d'être extrêmement gentil.

-Oui, il l'est!, dit-elle en souriant. Parles-moi de ta vie à Paris. Comment est-ce? Est-ce aussi beau que dans les livres?, demanda Elisa en prenant le bras de la petite Marquise qui était devenue une jeune femme à présent.

-Oh, c'est encore plus beau que dans les livres. La vie est merveilleuse là-bas. Il y a beaucoup de musées à visiter. Les gens y sont très agréables. Je sais que tu t'y plairais beaucoup. Enfin, c'était beaucoup plus beau avant que le peuple ne commence à se rebeller contre le roi.

-Que dis-tu?, demanda Elisa en s'arrêtant. Martin ne m'a jamais parlé de problème dans ses lettres.

Emilie comprit qu'elle venait de commettre une gaffe.

-Oh, ce n'est rien. Ce sera vite terminé lorsque Martin et moi retournerons à Paris, dit-elle avec un demi-sourire.

Elisa le lui rendit, pourtant quelque chose en elle, sûrement son intuition lui disait le contraire.

Le soir, Elisa après avoir été voir Agnes paisiblement endormie dans sa chambre, entra dans sa chambre. Christian était à la fenêtre, il regardait dehors, pourtant son esprit était ailleurs. Il n'arrêtait pas de penser aux paroles de Martin.

Elisa s'assit devant son miroir et commença à enlever les pinces de ses cheveux. Christian alla derrière la jeune femme et lui enleva une à une les pinces. Les cheveux dorés tombèrent mèches à mèches sur les épaules de la jeune femme.

-Quelque chose te préoccupe Elisa?, demanda-t-il en se penchant sur son épaule pour attraper la brosse à cheveux.

-Non!, fit-elle le plus clairement possible.

Christian lui brossa doucement les cheveux, elle ferma les yeux tranquillement. Elle adorait lorsqu'il le faisait.

-Et toi? Quelque chose semble aussi te préoccuper?, dit-elle en gardant les yeux fermés.

-Non!, répondit-il aussi le plus calmement possible.

Elle se retourna, ce qui fit tomber la brosse à cheveux des mains de Christian.

-Tu me mens!, dit-elle le regardant droit dans les yeux.

-Toi aussi!, dit-il en s'agenouillant devant elle puis il lui prit les mains et les regarda.

-Elisa, je dois te dire quelque chose. Aujourd'hui Martin nous a expliqué à Antoine et à moi les problèmes que la France rencontrait en ce moment.

-Oui, je suis au courant. Emilie m'en a parlé, pensant que je connaissais la situation.

-Elisa, ce n'est pas tout. La France et l'Angleterre seraient sur le point de se déclarer la guerre.

-Et?, dit-elle sans comprendre

Elle regarda Christian et se releva brusquement.

-Non!, dit-elle.

Elle tourna le dos à Christian.

-Elisa, ils ne m'ont pas rappelé. Peut-être même qu'ils ignorent où je me trouve.

-Et s'ils te rappelaient, est-ce que tu irais?, demanda-t-elle lui tournant toujours le dos.

-Je ne sais pas!, dit-il en posant ses deux mains sur les épaules d'Elisa.

Elisa se retourna et regarda droit dans les yeux Christian.

-S'il devait t'arriver malheur....

Christian posa son index sur les lèvres d'Elisa.

-Je ne suis même pas encore parti. Et peut-être que je ne partirais pas. Tu ne dois pas penser à cela. Je ne voulais pas t'en parler pour ne pas t'inquiéter inutilement.

Elisa posa sa joue contre l'épaule de Christian qui soupira.

Les vendanges touchaient à sa fin. Ce soir-là devait être fêter la Saint-Jean. Tous les serviteurs attendaient cette fête avec impatience. Elisa promit d'y assister. Cela scellerait ainsi le renouveau de Rivombrosa.

Elisa se préparait pour la fête. Amélie entra avec quelques fleurs qu'Elisa mit dans ses cheveux, comme à l'époque où elle n'était qu'une servante.

Amélie posa sa tête contre la jeune femme. Elles se regardèrent dans le miroir.

-Comme les choses ont bien changé ces dernières années!, dit la vieille femme nostalgique.

-Oui, Amélie!, dit Elisa comprenant parfaitement ce que son intendante voulait dire.

-Ce soir nous ne fêtons pas seulement la Saint-Jean, nous fêtons également le retour des Ristori et de leurs gens sur leur Terre. Les vendanges ont été excellentes. Rivombrosa est désormais sauvé.

-Oui, et toi, mon enfant, j'espère que tu es heureuse?, demanda Amélie ne se doutant pas que Christian était entré dans la chambre.

Il voulut laisser les deux femmes seules, mais finit par rester dans l'entrebâillement de la porte.

-Je suis heureuse, Amélie. J'ai enfin retrouver la sérénité, enfin pour le moment.

-Pourquoi dis-tu cela?

-L'Angleterre et la France vont entrer prochainement en guerre. Christian devra très certainement se battre. Amélie s'il devait lui arriver quelque chose, je ne survivrai pas à ça. Oh non, Amélie pas une deuxième fois. Quand j'ai cru qu'il était mort, cela m'a anéanti.

Christian interrompue la discussion en s'éclaircissant la voix.

-Excusez-moi Mesdames!, dit-il en souriant.

Elisa lui sourit aussitôt l'air de rien.

-Je venais inviter la plus belle femme du domaine à danser. C'est Angelo qui m'a expliqué en quoi cela consistait cette fête.

-Prince, vous êtes très élégant!, dit Amélie en lui prenant la main.

-Merci, Amélie!, dit-il en levant sa main près du visage d'Elisa qui se leva en acceptant sa main.

-Mets un châle, tu pourrais attraper froid!, dit Amélie en lui posant sur les épaules.

ls arrivèrent, la musique s'arrêta ainsi que les danseurs qui firent une révérence à leurs maîtres.

-Reprenez!, dit Elisa aux musiciens.

Tous se remirent à danser.

Elisa et Christian l'un à côté de l'autre sourirent en voyant les visages heureux des gens.

-Tu ne danses pas, demanda Elisa à Christian.

-Non, je ne suis pas vraiment...

-Me permettez-vous d'inviter Elisa à danser, demanda Angelo.

-Je vous en prie!, dit-il en donnant la main d'Elisa qu'il embrassa avant à Angelo.

Ils se joignirent aux autres et dansèrent comme autrefois lorsqu'ils étaient plus jeunes. Ils s'amusèrent beaucoup.

Christian les regarda en croisant les bras. Quoi qu'il puisse lui arriver, il savait pertinemment qu'Elisa serait entre de bonnes mains.

Elisa retourna auprès de Christian au bout d'un long moment. Il lui donna un verre de jus.

-Merci, j'en ai bien besoin!, dit-elle en lui souriant.

En tournant la tête pour regarder les couples danser, elle remarqua Martin et Emilie qui dansaient timidement à l'écart des autres. Elle ne put s'empêcher de sourire. Ils étaient si mignon ensemble.

A la fin de la musique, Martin demanda l'attention de son peuple.

-S'il vous plait, un instant, je vous prie. Comme vous savez tous, nous avons parmi nous un invité de Naples. Afin qu'il n'ai pas le mal du pays, voici une chanson spécialement pour vous, Prince de Montessanto, dit-il en faisant signe aux musiciens.

Christian sourit et baissa légèrement la tête honoré de cette attention. Il se décida donc à inviter Elisa à danser. Les couples présents suivirent chacun de leurs pas. Chacun s'amusait soit en dansant soit en tapant dans ses mains. Une soirée que personne n'oublierait de ci-tôt.
Revenir en haut Aller en bas
cassidie34
Notre romancière Rivombrosienne
avatar

Nombre de messages : 248
Age : 32
Localisation : Ivry sur Seine (94)
Date d'inscription : 10/01/2009

MessageSujet: Re: Elisa, une seconde chance   Mar 24 Fév - 16:09

Assise par-terre, Elisa jouait à la dinette avec Agnes dans le salon lorsque Bianca arriva.

-Elisa, il y a une femme qui demanda auprès du Prince!

-Et bien, fais-là entrer!, dit Elisa en se relevant et lisant sa robe bleue.

-Comtesse Ristori!, dit cette femme en souriant. Elle était blonde, les yeux bleus, portant une robe rouge qui lui allait à merveille.

Elisa remarqua à quel point cette femme était raffinée et magnifique.

-Oui, dit Elisa en lui souriant.

-Je suis la Princesse de Whitehall, je recherche le Prince de Montesanto!, dit la jeune femme.

-Puis-je vous demander pourquoi?, demanda Elisa

-Nous sommes fiancés!, dit la jeune femme en se ventilant avec son éventail.

Elisa crut s'évanouir. Heureusement que le fauteuil se trouvait derrière elle, elle s'assit faisant son possible pour ne rien laisser paraître de son trouble.

-Je ne sais pas où il est! Bianca, va voir Angelo et demande-lui de trouver le Prince, c'est très important, dit Elisa en essayant de garder sa dignité

-Oui, fit Bianca doucement, navré et triste pour Elisa.

Bianca courut aux écuries aussi vite que si le feu la poursuivait.

-Angelo! Angelo!, cria-t-elle.

Ce dernier sortit immédiatement accompagné de Christian.

-Que se passe-t-il?, demanda Angelo en attrapant sa soeur par les poignets.

-Monsieur le Prince!, dit-elle en le regardant de travers.

-Bianca, que se passe-t-il?, demanda Christian à nouveau la regardant en fronçant les sourcils.

-Une femme s'est présenter à Elisa. Votre fiancée!, dit Bianca en le fusillant du regard.

-Oh non!, dit-il en s'en allant en courant.

Lorsqu'il entra dans la chambre d'Elisa, il ne la trouva pas. Il alla alors dans sa chambre et la trouva, folle de rage. Elle était en train de faire les bagages du jeune Prince.

-Mais qu'est-ce que tu fais?, demanda-t-il en restant prudemment à l'entrée de la chambre.

-Je t'aide à faire tes bagages! Je suppose que maintenant que ta fiancée t'a retrouvé, tu ne vas pas rester ici, et que tu vas repartir avec elle!, dit-elle en roulant en boule plusieurs chemises blanches du Prince et les jetant dans une malle.

-Elisa!, dit-il doucement

-Tu t'es bien fichu de moi. Alors plus vite, tu fiches le camps de chez moi et mieux cela sera. Combien de fois tu m'as menti, c'est vrai, tu t'étais fais passé pour Sir Benton, ou pour je ne sais qui encore. Alors cela ne m'étonne pas que cette situation arrive.

-Elisa!, dit-il un peu plus fort.

-Ah non, maintenant pour toi, ça sera Comtesse Ristori. Je ne veux plus jamais que tu m'appelles ainsi. Me faire le coup de l'homme qui tombe amoureux pour la première fois, alors qu'il est fiancé. C'est un comble!

-Elisa!, commença-t-il à crier plus fort.

Les domestiques qui passaient dans le couloir s'en allèrent rapidement.

La jeune femme avait tout enlevé des armoires et s'acharnait contre les vêtements du Prince qui souriait.

Elle releva la tête, des mèches de cheveux partout, son chignon était quasiment défait ne tenait que grâce à quelques épingles.

-Et on peut savoir pourquoi tu souris?, dit-elle alors en regardant la pagaille qu'elle avait mise sur le lit.

-Si tu prenais la peine de m'écouter, tu saurais la vérité.

Elle s'assit sur le bord du lit et enleva de dessous ses fesses quelque chose puis elle croisa les bras, regardant le mur.

-Elisabeth et moi avons grandi ensemble. Ses parents et le couple Grey qui m'a recueilli étaient de très grands amis aussi. Lorsque nous avons eu 20 ans, ils nous ont fiancés. Elle m'aimait mais pas moi. Comme je te l'ai dit, je ne voyais que la vengeance. Un matin, je suis parti sans rien dire. Je suppose que je lui ai causé un énorme chagrin d'amour. Et je ne sais pas comment elle a su que j'étais là!

Elisa ne le regardait toujours pas dans les yeux, elle avait les bras croisés et regarder le mur.

-Et elle n'est pas du tout mon genre de femmes. Je les préfère beaucoup plus caractérielle. Celle qui se batte à l'épée et qui chamboulent toute une chambre par jalousie, dit-il en s'agenouillant devant elle. Il la força à le regarder dans les yeux en tournant sa tête, ses doigts poser sur son menton.

Elle avait les larmes aux yeux. Elle se sentait d'ailleurs un peu ridicule.

-Je suis désolée, je me suis un petit peu emportée, je dois dire!, murmura-t-elle.

-Un petit peu!, dit-il en regardant le lit. Elle tourna sa tête et vit ce qu'elle avait fait. Ils ne purent s'empêcher de rire.

Ils revinrent ensemble dans le salon. Elisa avant d'entrer dans la pièce arrangea ses cheveux défaits.

-Elisabeth, je suis content de te revoir!, dit-il en lui embrassant la main.

-Christian!, dit-elle en lui caressant la joue.

Elisa plissa légèrement les yeux. Christian la regarda du coin de l'œil amusé. Ils s'assirent. Elisa sur le fauteuil, tandis que Christian et Elisabeth s'assirent sur le canapé.

-C'est un bien bel endroit que vous possédez là, ma chère!, dit la jeune femme.

Elisa ne l'aimait vraiment pas. Elle lui rappelait un peu trop Lucrèce.

-Oui, merci!, dit la jeune femme faisant son possible pour ne pas lui arracher les yeux et la jeter hors de son domaine.

-Mais dîtes-moi, j'ai vu une petite fille tout à l'heure. Qui était-ce?, demanda Elisabeth

-Il s'agit d'Agnes, c'est ma fille, dit Elisa en touchant son collier nerveusement.

-Votre mari et vous avez une sacrée chance d'avoir une aussi belle petite fille.

-Oui, j'ai de la chance!, dit-elle en regardant Christian qui baissa la tête. Il n'était jamais très à l'aise à chaque fois que le Comte Fabrice Ristori était abordé.

-Mon mari a été assassiné il y a quelques années maintenant.

-Oh, ma chère, cela à dû être horrible pour vous.

-Oui, en effet!, dit Elisa le regard assombri.

-Vous avez donc élevé votre fille toute seule. Je comprends ce que vous avez dû subir.

-C'est vrai, tu as une fille? Quel âge a-t-elle?, demanda Christian.

-Elle a 5 ans!, dit-elle en regardant Christian qui faillit lâcher sa tasse de thé.

Elisa remarqua immédiatement le trouble de Christian.

-C'est ta fille, Christian!, lâcha enfin Elisabeth.

Elisa ouvrit de grands yeux et regarda derrière elle. Elle s'excusa et partit d'abord doucement, puis partit en courant.

Elle bouscula Anna, sans s'en rendre compte. Puis elle s'enferma dans sa chambre.

Anna entra doucement.

-Elisa, que se passe-t-il?, demanda-t-elle en lui caressant les cheveux qu'Elisa avait détaché.

Elisa lui raconta tout ce qu'elle savait.

-Elisa, ce n'est rien. Tu as pardonné à Fabrice lorsque tu as appris qu'il était le père de Martin.

-Mais là, c'est différent. Il était..est fiancé. Et je suppose que maintenant qu'il connait l'existence de son enfant, il voudra réunir sa famille.

-Je ne sais pas, Elisa, ce que Christian fera. Mais je sais qu'il fera son maximum pour ne pas te blesser.

-C'est trop tard! Pourquoi est-ce qu'il a fallu que je le laisse entrer dans ma vie. Elle est déjà assez compliquée comme cela.

-L'amour frappe toujours lorsqu'on s'y attend le moins!, dit Anna en regardant son alliance. Et tu devrais le savoir mieux que quiconque.
Revenir en haut Aller en bas
angelyne
Reportrice de Rivombrosa
avatar

Nombre de messages : 3916
Age : 62
Localisation : aulnay sous bois
Date d'inscription : 24/02/2008

MessageSujet: Re: Elisa, une seconde chance   Mar 24 Fév - 19:29

j'adore,il me tarde de connaitre la suite
Revenir en haut Aller en bas
cassidie34
Notre romancière Rivombrosienne
avatar

Nombre de messages : 248
Age : 32
Localisation : Ivry sur Seine (94)
Date d'inscription : 10/01/2009

MessageSujet: Re: Elisa, une seconde chance   Mar 24 Fév - 19:31

Merci beaucoup. J'ai l'impression que les gens n'aiment pas, vu le peu de commentaires. En tout cas, c'est sympa de marquer un ti quelque chose, moi ça me fait toujours plaisir. Bisou
Revenir en haut Aller en bas
angelyne
Reportrice de Rivombrosa
avatar

Nombre de messages : 3916
Age : 62
Localisation : aulnay sous bois
Date d'inscription : 24/02/2008

MessageSujet: Re: Elisa, une seconde chance   Mar 24 Fév - 20:09

et bien moi je les dévore et j'attend la suite avec impatience.Tu as un talent fou et j'adore me dire que notre Elisa a connu du bonheur avec le beau Christian,car elle avait droit à un nouveau bonheur
Merçi pour le plaisir que tu me donne grace à cettes suite.Bisous
Revenir en haut Aller en bas
aurore
Modératrice
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 2615
Age : 39
Localisation : 71
Date d'inscription : 02/02/2008

MessageSujet: Re: Elisa, une seconde chance   Mar 24 Fév - 23:27

Merci beaucoup, c'est très bien raconté.

Merci beaucoup

_________________

Revenir en haut Aller en bas
cassidie34
Notre romancière Rivombrosienne
avatar

Nombre de messages : 248
Age : 32
Localisation : Ivry sur Seine (94)
Date d'inscription : 10/01/2009

MessageSujet: Re: Elisa, une seconde chance   Jeu 26 Fév - 13:23

Elisa esquiva Christian toute la journée. Ce dernier avait passé la journée à en savoir plus sur cette enfant auprès de la Princesse.

Le soir, Elisa était déjà dans sa chambre, couchée dans son lit à fixer le plafond. Christian entra doucement dans la chambre.

-Je voudrais être seule ce soir, murmura Elisa en se retournant, lui tournant ainsi le dos

-Elisa, tu m'as fui toute la journée. Je peux savoir ce qui t'arrive.

-Ce qui m'arrive?, dit-elle en se redressant. Tu as eu un enfant avec cette femme. Et te connaissant je suppose que tu vas vouloir que cette enfant ai un père et une mère réunis.

-J'y ai pensé, je t'avoue!, dit-il en s'asseyant sur le lit et prenant la main d'Elisa qui mit ses genoux sous son menton.

-Mais je ne vois pas ma vie sans toi. J'ai proposé à la Princesse de s'installer à Turin, ainsi je pourrais leur rendre visite assez souvent et voir ma fille.

-A t'entendre parler tout a l'air aussi simple. Lorsque Lucrèce a fait croire à Fabrice que Martin était son fils et que sa famille l'avait forcé à l'abandonner, c'était dans le seul but de le récupérer.

-Elisabeth n'est pas Lucrèce!, dit Christian en prenant sa défense.

-Je n'en suis pas si sûre. Il y a quelque chose en elle qui me rappelle Lucrèce, mais je ne pourrais pas te dire quoi.

-Moi je vais te dire quoi, ta jalousie. Tu ne me fais pas confiance.

-Si bien sûr que si. C'est elle qui ne m'inspire pas confiance.

-Tu n'as aucune méfiance à avoir envers elle. Elisabeth est mon amie d'enfance. En ce qui me concerne j'ai une infinie confiance en elle.

-Si elle te demandait de choisir entre elle et moi?, demanda Elisa

-Elle ne le fera pas, crois-moi!, dit-il en embrassant la main d'Elisa et se relevant.

-Christian!

-Oui!, dit-il devant la porte de la chambre

-Je ne veux pas te perdre, chuchota Elisa

-Alors fais-moi confiance, Elisa. On est chez soi là où son cœur est!, dit-il en partant.

Dorine apporta une lettre à Martin qui prenait son petit déjeuner avec Elisa et Anna. Christian dormait toujours, il avait eu du mal à trouver le sommeil. Antoine était parti accoucher une femme, et la Princesse dormait elle aussi. Quant à Emilie, elle arriva au moment où Martin allait ouvrir cette lettre.

-C'est une lettre officielle de mon Capitaine!

Elisa posa sa tasse et regarda Martin angoissée.

-Ils me rappellent. Ils veulent que je sois à Paris dans deux semaines. La France est déchirée par le conflit opposant le peuple aux nobles.

Martin posa la lettre et regarda immédiatement Elisa qui avait les larmes aux yeux. Il lui prit aussitôt la main fermement.

-Ma chère Elisa, ne t'en fais pas. Je suis sûr que c'est l'histoire de quelques jours.

Elisa lui caressa la joue.

-Mon chéri! Il faudra que tu fasses bien attention à toi, et que tu nous donnes des nouvelles à chaque fois que tu le pourras.

-Je te le promets Elisa!, dit-il en la prenant dans ses bras.

Puis il s'en alla.

-Elisa, tout se passera bien, ne t'en fais pas!, dit Anna en face d'elle.

La princesse les rejoignit.

-Bonjour, Marquise Radicati, Comtesse Ristori, dit la jeune femme qui s'assit à table.

-Princesse!, dit Anna en lui souriant les lèvres pincées.

-Que se passe-t-il, Comtesse?, demanda Elisabeth. Il ne s'agit pas de Christian, j'espère!

-Martin s'en va au front dans deux semaines!, répondit Anna, tandis qu'Elisa se leva et s'en alla sans un mot.

Elle était devant la tombe de Fabrice.

-Je t'en supplies, mon amour, protège notre fils. Il ne doit rien lui arriver!, dit Elisa caressant l'épitaphe.

Christian arriva à ce moment-là et recula de quelques pas. En cherchant Elisa, c'était sur son jardin secret qu'il était tombé. Cela lui fit mal au cœur, il aurait préféré ne rien savoir, ignorer où se trouvait cet endroit.

Elisa posa quelques fleurs et se releva. Elle aperçut Christian qui s'éloignait.

-Christian!, cria-t-elle en le rattrapant.

-Elisa!, dit-il se retournant en lui souriant.

-Martin …

-Je sais, il me l'a annoncé. Il ne faut pas t'inquiéter. Ce conflit-là sera vite réglé. L'armée française est puissante, dit-il en la prenant dans ses bras. Son regard se posa sur la stèle à quelques mètres d'eux.

Lorsqu'ils rentrèrent à Rivombrosa, Angelo courait dans tous les sens.

-Angelo, que se passe-t-il?, demanda Elisa en le prenant par les bras.

-Elisa, la petite Agnes a disparu!

-Disparu?, dit Elisa surprise. Elle doit se cacher quelque part!

-Non, ses affaires ont disparu. Ainsi que la princesse Elisabeth.

-Non!, dit Elisa qui sentit ses jambes se dérober sous elle.

Angelo et Christian la rattrapèrent.

-Agnes! Agnes!, cria Christian. Petite Princesse!, dit-il en courant en direction du château

Elisa courut le rejoindre. Elle entra dans la chambre de la princesse et découvrit que la pièce était vide. Elle découvrit la même chose dans la chambre de sa fille.

Plusieurs domestiques avaient ratissé la région mais en vain. Elisa après avoir fait retourner le château se trouva devant la fenêtre et fixait l'entrée du parc.

Un orage éclata. Ce qui fit rentrer les domestiques. Par ce temps, il était impossible de continuer les recherches.

Christian lui aussi revint sur son cheval. Elisa courut et descendit les escaliers, le rejoignant au moment où il descendit de cheval. Mais Agnes n'était pas avec lui.

-Elisa, va te mettre à l'abri!, dit-il en la prenant par les épaules pour la faire entrer.

-C'est de ta faute!, dit Elisa en se dégageant de lui.

-Quoi!, dit-il en se mettant face à elle.

-C'est toi qui a amené le diable chez nous! Tu m'as dit que tu lui faisais entièrement confiance, alors je t'ai cru. Elle m'a pris mon bébé, ma petite fille, et c'est de ta faute!, cria-t-elle en poussant Christian.

Ils étaient tous les deux trempés.

-Tu ne penses pas ce que tu dis. Tu crois sincèrement que j'aurai permis qu'il vous arrive quoi que se soit à Agnes et à toi? Dit-il en colère se penchant vers elle.

-C'était ton amie d'enfance, tu lui faisais confiance!, continua Elisa.

-C'est trop facile, ça, de tout me mettre sur le dos. Je fais tout pour ne rien voir, mais je n'ai pas ma place ici. Je n'arrive pas à la cheville de ton cher mari à tes yeux. Je n'aurai jamais du te suivre ici. J'ai été fou de croire que tu pourrais tourner la page. Tu vis dans tes souvenirs!

-Et c'est toi qui dit ça? Toi qui a était guidé par la vengeance et la colère toutes ces années.

-Oui, mais moi j'ai changé. J'ai fait table rase du passé pour toi. Chose que toi, tu n'es pas prête à faire. Tu risques de me perdre, Elisa.

-Très bien, alors va-t-en, je ne te retiens pas. Va!, hurla-t-elle en remontant les escaliers.

Christian la regarda puis monta à cheval et partit au galop. Elisa se retourna et le vit fuyant le plus vite possible.

Elisa entra dans sa chambre, dégoulinante. Elle avait envoyé promener les servantes venues l'accueillir avec des serviettes.

Elle s'effondra au pied de son lit et pleura toutes les larmes de son corps. Elle finit par s'endormir.

Christian, se perdit dans la forêt à cause des fortes pluies. Il arriva devant le pavillon de chasse et y entra pour se mettre à l'abri. Il reconnut le sceau au dessus de la cheminée et comprit alors que cet endroit appartenait aux Ristori.

Il entendit du bruit dans le fond de la pièce et se retourna pistolet au poing.

-Qui va là?, demanda-t-il.

-Christian!, dit Agnes qui s'échappa de l'emprise de la princesse.

-Petite princesse!, dit-il en prenant dans ses bras. Il lui sourit et la serra dans ses bras.

-Tu nous a fait si peur! Ta maman est très inquiète.

-Je croyais que ma maman était partie sans moi et qu'Elisabeth et moi nous allions la rejoindre.

Christian regarda Agnes et la posa sur le lit.

-Tu ne bouges pas d'ici!, lui dit-il en l'embrassant sur le front.

-Elisabeth!, dit-il en avançant prudemment

-Oh, Christian, tu nous a rejoint. Je savais que tu nous retrouverais. Nous pouvons dès à présent nous en aller chez nous en Angleterre.

-Elisabeth, c'est ici chez moi désormais.

-Non, c'est faux!, dit la jeune femme complètement ailleurs.

-D'accord!, dit Christian comprenant qu'il arriverait à partir avec Agnes sans aucun danger s'il coopérait dans le délire de son amie.

-Ecoute, dès que la pluie cessera nous partirons. Mais avant tu dois te reposer.

-Elle est belle notre petite fille!, dit Elisabeth en désignant Agnes avec un pistolet à la main.

-Oui, très belle!, dit Christian calmement.

Elisa tournait en rond. Angelo vint la voir inquiet.

-J'ai entendu des villageois dirent que la Marquise Van Necker était de retour.

-Lucrèce!, dit Elisa ailleurs.

-Elisa, veux-tu que j'envoie quelqu'un vérifier si Agnes ne se trouve pas chez elle.

-Si tu veux!, dit Elisa qui fixait toujours la fenêtre.

-On la retrouvera, fais-moi confiance!, dit Angelo d'une voix rassurante.

Dans le pavillon de chasse, Christian regarda Agnes qui s'était endormie et tourna son regard vers Elisabeth qui caressait l'arme qu'elle tenait dans sa main.

Il ne pouvait pas prendre le risque de s'enfuir, Elisabeth n'hésiterai pas à lui tirer dessus et Agnes serait peut-être blessé. Si Christian était blessé alors il perdrait à jamais la petite Agnes qu'Elisabeth aurait emmené avec elle.

-Comment as-tu su que j'étais à Rivombrosa?, demanda enfin Christian

-J'ai rencontré une femme en France. Une fidèle amie des Ristori qui m'a donné tous les renseignements dont j'avais besoin. Elle était très contente de savoir que j'allais au Piémont, car cet endroit lui manquait énormément.

-Il faudra que je la remercie pour nous avoir réunis tous les deux!, dit Christian jouant le jeu.

-Oh, cela ne sera pas difficile à faire, elle est de retour chez elle. Nous avons fait le chemin ensemble. Je dois dire que son palais est magnifique, aussi belle qu'elle. Si tu la rencontrais, tu tomberais immédiatement sous le charme de Lucrèce.

Christian ouvrit de grands yeux. Il pensa immédiatement à Elisa.

-Tu la connais?, demanda Elisabeth

-Seulement de nom. Elle est très connue dans la région, marmonna-t-il.

-Elle semblait te connaître. Et je ne supporterais pas que tu me mentes, mon amour. Je t'ai pardonné ton infidélité avec cette Elisa. D'ailleurs elle est sûrement en train de le regretter amèrement, dit-elle en désignant une fois de plus Agnes avec son arme.

-C'est fini, tout ça maintenant Elisabeth!, dit-il en se mettant entre l'arme et la petite fille.

-Tu me mens, Christian, je le vois à tes yeux. Je dois tuer cette petite pour faire souffrir Elisa. Ainsi elle saura combien cela fait mal de perdre un être que l'on aime.

-Elle le sait, crois-moi! Allez donnes-moi cette arme. Tu pourrais te blesser. La pluie a cesser, nous pouvons y aller.

Elisa mit sa cape et demanda un cheval. La pluie avait cessé. Il fallait qu'elle aille chercher sa fille. Elle ne pouvait pas rester sans rien faire à attendre.

Elle passa devant le pavillon de chasse et reconnut le cheval de Christian. Elle s'arrêta un instant, voulant lui présenter des excuses pour toutes les horreurs qu'elle lui avait dite.

Elle ouvrit la porte du pavillon doucement et entra.

Christian tourna sa tête et reconnut la silhouette d'Elisa.

-Non!, murmura-t-il

Elisa entra et vit sa fille étendue sur le lit.

-Agnes!, dit-elle en se précipitant.

Christian se releva et se mit devant les deux Ristori pour les protéger. Elisabeth quant à elle, les mit en jout.

-Elisa, tu t'es jeté toute seule dans la gueule du loup. Ainsi Lucrèce avait raison.

Elisa prit sa fille dans ses bras la tenant fermement. Son regard allait de Christian à Elisabeth, d'Elisabeth à Christian.

-Remets la petite là où elle était!, dit Elisabeth avec son arme à la main la menaçant.

Elisa regarda Christian qui lui fit signe de la tête pour qu'elle obéisse.

-D'accord!, dit Elisa qui obéit.

-Viens par là!, dit Elisabeth.

Elisa avança vers la jeune femme.

-Si tu meures, il n'y aura plus aucun obstacle entre Christian et moi!, dit-elle en levant l'arme au niveau de la poitrine d'Elisa.

La jeune femme ferma les yeux. Christian hurla et leva la main d'Elisabeth au moment où elle tira.

-Enfuis-toi, Elisa, fuis!, cria-t-il en se débattant avec Elisabeth.

Elisa prit sa fille et partit en courant le plus vite possible. Au moment de monter sur son cheval, elle entendit un coup de feu. Elle se retourna une dernière fois et galopa jusqu'à Rivombrosa.

Elisa confia Agnes à Amélie afin qu'elle la lave et qu'elle la nourrisse.

-Elisa!, dit Anna en voyant la jeune femme toujours très inquiète. Que se passe-t-il?

-Christian!, dit Elisa en souriant immédiatement lorsqu'elle le vit entrer dans le parc du château.

Lorsqu'il vit Elisa descendre les marches, il courut jusqu'à elle. Ils se rejoignirent dans les escaliers menant au jardin.

-Christian, je te demande pardon!, dit-elle en posant ses bras autour de ses épaules.

-Pardonnes-moi aussi, mon amour. Je ne pensais pas tout ce que j'ai dit!, dit-il en l'embrassant partout.

Elle remarqua que sa main saignait.

-Ce n'est rien!, dit-il en l'embrassant fougueusement, posa une main dans ses cheveux défaits.
Revenir en haut Aller en bas
aurore
Modératrice
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 2615
Age : 39
Localisation : 71
Date d'inscription : 02/02/2008

MessageSujet: Re: Elisa, une seconde chance   Jeu 26 Fév - 14:01

Merci, merci beaucoup

_________________

Revenir en haut Aller en bas
angelyne
Reportrice de Rivombrosa
avatar

Nombre de messages : 3916
Age : 62
Localisation : aulnay sous bois
Date d'inscription : 24/02/2008

MessageSujet: Re: Elisa, une seconde chance   Jeu 26 Fév - 22:47

ouah ,et bien je suis contente qu'il se soit debarassé de cette folle
Revenir en haut Aller en bas
cassidie34
Notre romancière Rivombrosienne
avatar

Nombre de messages : 248
Age : 32
Localisation : Ivry sur Seine (94)
Date d'inscription : 10/01/2009

MessageSujet: Re: Elisa, une seconde chance   Ven 27 Fév - 16:30

Antoine soigna la blessure de Christian, une légère entaille au bras.

-Et la Princesse?, demanda Antoine

Christian baissa la tête.

-J'ai essayé de l'empêcher, mais..., dit-il en faisant non de la tête.

-Elle s'est suicidé?, demanda Antoine.

-Oui, docteur!, dit Christian en prenant la main d'Elisa.

-Je n'aurai pas supporter l'idée qu'elle puisse vous faire du mal à toi et à Agnes.

Christian posa Agnes par terre.

-Elle n'a jamais eu d'enfant, enfin pas avec moi du moins. C'était un mensonge. Elisa, tu avais raison. Elle a inventé toute cette histoire afin de me récupérer. Elle pensait qu'en enlevant Agnes, je ne la quitterai pas. Elle avait raison au moins sur ça.

-Allez, demain, c'est le départ de Martin. Nous devons faire bonne figure. Il ne faut pas qu'il parte inquiet!, dit Anna émue.

-Oui, tu as raison, Anna!, ajouta Elisa en regardant Agnes sur les genoux de Christian.

Martin arriva, accompagné d'Emilie.

-Vous voilà enfin! Où étiez-vous passé?, demanda Anna.

Le jeune couple se regarda et se mirent à rire.

-Voyons, Anna, laisse-les tranquille!, intervint Antoine.

-Je lève mon verre à vous, officier Ristori. J'espère que vous ne serez pas absent de vos terres trop longtemps, dit Christian en levant son verre en direction de Martin.

-Peu importe le temps que je passerai loin d'ici. Je pars l'esprit tranquille en sachant que ma famille est en sécurité auprès de vous, ajouta Martin en levant son verre vers Christian.

Elisa faisait tous les efforts du monde pour ne pas pleurer.

-Elisa, ne pleure pas ce soir. Sinon, je crois que je n'aurai pas la force de partir. Je t'ai fait une promesse, de toujours veiller sur toi, et même loin je m'y tiendrai, dit Martin en posant sa main sur l'épaule de la jeune femme.

-Je me souviens lorsqu'il est arrivé ici, ce petit garçon à la la figure sale et à l'esprit malicieux. Qu'est-ce que tu as pu faire courir Amélie et fait fuir le précepteur, intervint Anna en posant sa main sur son bras.

Tous rirent en se mémorant ces merveilleux souvenirs.

-Et moi, je me souviens de ce petit garçon qui a combattu la maladie avec courage, intervint Antoine.

Elisa se leva et regarda dans un petit coffret posé sur la commode. Elle revint vers Martin et lui posa un objet au creux de sa main. Lorsque Martin ouvrit sa main, il se leva et enlaça Elisa.

-Oh, Elisa!, dit-il en posant sa tête contre son épaule, respirant l'odeur de ses cheveux. Tu es la mère que j'ai toujours voulu avoir. Je t'aime très fort!, dit-il la voix cassée par l'émotion.

Lorsqu'il quitta l'étreinte d'Elisa, il montra à Anna et à Antoine cet objet si précieux à ses yeux.

-L'insigne de capitaine de Fabrice!, dit Anna en le caressant du bout des doigts.

-J'en prendrais soin, Elisa!

-Elle te protégera!, dit Elisa.

Le lendemain, à l'aube, le cheval de Martin était prêt. Tous les domestiques l'embrassèrent en pleurant. Amélie lui donna des petits pains pour le voyage, Dorine et Bianca lui apportèrent une couverture pour les nuits froides qu'il passera au front. Angelo lui rappela quelques petites combines pour feinter l'ennemi.

Antoine lui donna quelques remèdes pour les différents maux. Anna l'embrassa chaleureusement en pleurant. Christian lui serra la main en lui promettant de veiller sur sa famille et son domaine en son absence.

Martin avait embrassé Agnes dans sa chambre alors qu'elle dormait toujours. Emilie lui avait donné un nœud pour attacher ses cheveux portant son odeur. Martin lui avait alors donné son premier baiser furtif avant de s'enfuir en courant.

Elisa et Martin s'enlacèrent un instant. Il lui promis de lui écrire dès son arrivé à Paris pour lui relater la situation.

Martin monta sur son cheval et s'en se retourner parti. Elisa attendit ce moment pour laisser échapper ses larmes, tandis que tout le monde rentrait au château, elle resta là à regarder son fils s'éloigner.

Christian allait rentrer, mais il se retourna et vit qu'Elisa restait là, alors il retourna sur ses pas.

-Il reviendra!, dit Christian en l'entourant d'un bras, se plaçant à côté d'elle.
Revenir en haut Aller en bas
angelyne
Reportrice de Rivombrosa
avatar

Nombre de messages : 3916
Age : 62
Localisation : aulnay sous bois
Date d'inscription : 24/02/2008

MessageSujet: Re: Elisa, une seconde chance   Ven 27 Fév - 20:21

vivement la suite
Revenir en haut Aller en bas
cassidie34
Notre romancière Rivombrosienne
avatar

Nombre de messages : 248
Age : 32
Localisation : Ivry sur Seine (94)
Date d'inscription : 10/01/2009

MessageSujet: Re: Elisa, une seconde chance   Sam 28 Fév - 18:58

Merci beaucoup. Je l'adooore. Il est magnifique. Et il va très bien avec ma fanfic.

La vie à Rivombrosa continuait cependant. Noël approchait à grand pas. C'était le premier Noël d'Elisa et de Christian. Ce dernier était impatient comme un enfant d'y être. Elisa, beaucoup moins. Elle redoutait le 24 décembre plus que tout.

Martin était maintenant parti depuis trois mois. Il écrivait une fois par mois. Ses lettres se voulaient rassurantes, mais Elisa se doutaient bien qu'il ne lui disait pas toute la vérité afin de ne pas l'inquiéter.

Angelo arriva devant Elisa la mine pâle.

-Angelo, que se passe-t-il?, demanda-t-elle en posant une main sur son bras.

-Je reviens du village. Les nouvelles sont loin d'être bonnes. Les français ont déclaré à la guerre aux Italiens. Ils veulent conquérir le Piémont. Elisa, je suis appelé à service sous les drapeaux. Beaucoup d'hommes le sont.

-Oh non, pas ça!, dit Elisa en posant sa main sur sa bouche.

-Je dois partir juste après Noël.

Devant l'air inquiet d'Elisa, Angelo lui caressa la joue.

-Ne t'en fais pas Elisa. Il est hors de question de leur laisser nos terres. Nous nous battrons et nous gagnerons.

-Ce n'est pas à ça que je pense. Martin...J'ai reçu une lettre de lui. Il quitte avec sa troupe Paris pour se rendre à la frontière française. Angelo, vous allez être dans deux camps ennemis, s'écria Elisa

Et bien sûr les mauvaises nouvelles n'arrivent jamais seules. Christian alla voir Antoine qui jouait avec la petite Comtesse.

-Est-ce que je peux m'entretenir un instant avec vous?, demanda Christian

-Bien sûr!, dit Antoine en fronçant les sourcils.

-J'ai reçu ceci!, dit le jeune prince en tendant une lettre à son ami.

-Capitaine Christian Grey de la Marine anglaise, vous êtes rappelé à diriger votre bataillon contre le peuple oppresseur. Vous êtes attendu le 26 de ce mois à Naples pour prendre un navire vous emmenant en Angleterre, lut Antoine.

-Je ne sais pas quoi faire!, dit Christian qui se toucha nerveusement les cheveux. Je ne veux pas partir, pas maintenant. Elisa a besoin de moi.

-Je comprend bien votre situation, dit Antoine en réfléchissant à une solution.

Angelo arriva avec Elisa en trombe.

-Angelo est rappelé. La guerre contre le Piémont est déclarée. Les français veulent nos terres, s'écria Elisa

-Ils ne l'auront pas, tu peux me croire!, dit Angelo déterminé.

Christian regarda Antoine et prit les mains d'Elisa.

-Je pense que tu devrais t'assoir. J'ai une chose très importante à te dire.

Elisa obéit. Christian était très nerveux. Il chercha ses mots, avant de lui tendre la lettre. Elisa la lut rapidement. Elle froissa le papier entre ses doigts et le porta à ses lèvres.

-Elisa, tu n'as qu'un mot à dire et je n'y vais pas.

-Alors reste!, dit-elle calmement.

-Elisa, je veux que tu deviennes ma femme. Je veux t'épouser. Je veux passer le restant de mes jours auprès de toi.

Elisa le regarda, se demandant quoi répondre.

-C'est si soudain!, dit-elle surprise.

Antoine intercepta Anna qui entra dans la pièce.

-Elisa, je t'aime. C'est tout nouveau pour moi, tout ça, la vie de famille, l'amour, Agnes et Martin. Je suis prêt à renoncer à tout si tu acceptes de m'épouser.

-Christian!, dit-elle navrée en baissant les yeux, prenant la main de Christian qu'il retira d'un coup.

Christian la regarda droit dans les yeux et y lut la réponse d'Elisa.

-Très bien. Je partirais juste après le réveillon, dit-il blessé en quittant la pièce.

Anna eut de la peine pour lui. Elle regarda Antoine qui lui fit comprendre de le laisser tranquille.

Elisa attendit le retour de Christian toute la soirée. Elle voulait lui expliquer les motifs de son refus. Lorsque celui-ci rentra. Il sentait l'alcool.

-Christian!, cria-t-elle lorsqu'elle le vit passer furtivement pour aller dans sa chambre.

-Non, Elisa, pas ce soir! , dit-il en mettant sa main entre eux pour la distancer.

-Je t'en prie...

-Non, je ne suis pas en état d'entendre quoi que se soit, bien que je me doute déjà de ce que tu vas me dire. Je suis bien trop lasse pour entendre tes explications. Bonne nuit Elisa!, dit-il en marchant le cœur lourd.
Revenir en haut Aller en bas
angelyne
Reportrice de Rivombrosa
avatar

Nombre de messages : 3916
Age : 62
Localisation : aulnay sous bois
Date d'inscription : 24/02/2008

MessageSujet: Re: Elisa, une seconde chance   Sam 28 Fév - 20:26

ça s'arrange pas dis donc
Revenir en haut Aller en bas
angelyne
Reportrice de Rivombrosa
avatar

Nombre de messages : 3916
Age : 62
Localisation : aulnay sous bois
Date d'inscription : 24/02/2008

MessageSujet: Re: Elisa, une seconde chance   Lun 2 Mar - 17:45

Revenir en haut Aller en bas
JJ
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 13336
Age : 60
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: Elisa, une seconde chance   Lun 2 Mar - 20:22

Superbe ta fic Elodie, passionnante à souhait, j'attends la suite avec impatience!
Merci. Bisous
Revenir en haut Aller en bas
angelyne
Reportrice de Rivombrosa
avatar

Nombre de messages : 3916
Age : 62
Localisation : aulnay sous bois
Date d'inscription : 24/02/2008

MessageSujet: Re: Elisa, une seconde chance   Mer 4 Mar - 0:23

Revenir en haut Aller en bas
queen
Conseiller du Roi
Conseiller du Roi
avatar

Nombre de messages : 2200
Date d'inscription : 27/02/2008

MessageSujet: Re: Elisa, une seconde chance   Sam 7 Mar - 2:44

que desagreable gout FAIRE VIVRE ELISA AVEC OUTRE HOMMME DANS LE CHATEAU DE FABRIZIO RISTORI QUE SERA' L' HEREDITE ' DE MARTINO RISTORI Y AGNESE RISTORI !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

TU AVEZ DU CHOISIRE NAPLES... SI ELISA VEUT VIVRE AVEC CRISTIAN... ELLE DEVAIT LAISSER RIVOMBROSA !!!


LES MARCHS SONT LE MEMES MARCHES DE FABRICE ET ELISA !!!


ELISA EST UNE SERVANT DEVENU COMPTESSE GRACE A FABRICE!!!


ET IL EST DESAGRADABLE QUE ELLE MET OUTRE HOMME DANS LE LIT DE FABRICE !!!

JE SUIS HEREUX QUE CHETTE HISTOIRE N' EST JAMAIS " HAPPENED " IL AUREZ ETE DESAGRADABLE VOIR CRISTIANO DANS LE LIT DE FABRICE PLUS QUE VOIR ARMAND !!!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Elisa, une seconde chance   

Revenir en haut Aller en bas
 
Elisa, une seconde chance
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» La seconde et courte vie de Bree Tanner
» Cinq mille kilomètres par seconde de Manuele Fior
» Seconde resureccion d'Ulquiorra
» Image par seconde sur une video "Stop Animation Catch"
» Seconde vague - Guerriers du Chaos - V7

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Elisa di Rivombrosa :: Flood :: Entre-nous.......Elisa-
Sauter vers: